November 15, 2019

Please reload

Recent Posts

Une entrepreneur et advocat: Jeannine Messier (From entrepreneur to advocate)

December 13, 2017

Le francais suit.

 

 

Jeannine Messier has been a farmer and entrepreneur in the Montérégie region of Quebec for the last 30 years. She has an active role in her family, her community, municipal government, and as an advocate for women in agriculture in Quebec. She is currently the president of the Agricultrices du Québec (Women Farmers of Quebec).

 

 

Please tell us a bit about yourself and your career path.

 

I am a mother, daughter, and wife of a farmer; I grow high bush blueberries, asparagus, and cash crops; I also have a “farm-to-table” restaurant on the farm.

 

I am an officer and a knight of the Ordre nationl du mérite agricole du Québec (National order of agricultural merit of Québec). For 28 years, I was a pork producer and cash crop farmer with my partner. In 2012, 2 of our sons (of our 4 children) joined their father in business, and I bought my own farm to bring to life my dream of offering country-style cooking on the farm. That same year, I earned a certification to prove that 50% of the menu offerings were grown on the farm. Complimentary menu items from the region fill out the menu.

 

I am very involved in the agriculture industry in Quebec:

  • I am involved in the UPA (Union of Agricultural Producers) as an administrator for the Montérégie East region.

  • I have been president of my region since 2012 and was just recently elected as provincial president of the Agricultrices du Québec (Women Farmers of Québec).

  • I sit on the committee for agricultural zoning development for the Maskoutins municipal region. I am the member for St.-Pie in the Maskoutin Valley union.

  • I have sat on the Board of directors at Saint-Hyacinthe CEGEP (college) since 2015 as the economic sector representative.

  • I am a mentor for a young female farmer in the “Embarque” project for the Agricultrices.

  • I will be attending the Quebec Food Summit on November 17.

  • I was also deeply involved in volunteering at the parish level when my children were school-aged.

  • I received a professional cooking diploma from the Ministry of Education in 2008.

 

Tell us about your role and what your "typical day" looks like.

 

Now that I work alone, I fill all the roles for my business. That involves — depending on the season — managing personnel, tracking deliveries, billing and maintaining other documentation, crop planning (from seeding to pest scouting to meeting with agronomists), as well as meal planning, and ensuring the union agenda is followed. I always make time for various trainings, touring and trainings for agro-tourism purposes, and family time (or just baby-sitting) since I have 10 grandchildren. 

 

How do you define personal success? What steps do you take to get there?

 

Success is a question of outlook, training, and perseverance. Continuing education is key. Being involved in a myriad of organizations is an education unto itself, and keeps you up to date on many issues. I also believe that each person is the key to his or her own success. Whether you are asking for financing or permission for a project, the first step is to believe in yourself and your project, if you ever hope for someone else to believe in it too.

 

What’s the biggest professional/personal challenge you’ve had to face? And what did you learn from that experience?

 

The hardest thing for me has been to find my place in this male industry and then figure out how to keep it. But everyone evolves at their own pace, and I think being able to adapt, being a good listener and a touch of diplomacy can be very useful. Sometimes (doing) nothing at all is the right path – we must always be ready to move on to other things.

 

Who is (or has been) your biggest influencer/mentor? What have you learned from them?

 

My biggest inspiration has always been my family – mother, father, aunts, uncles and grandparents, but the best advice has always come from attending trainings. However, I would say that my personal career path and what I’ve learned along the way are the lessons that I pull from each day that allow me to stride forward.

 

How has the role of women in agriculture changed throughout your career.

 

I’ve had the good fortune to be able to be a farmer and to benefit from all the work done by the Agricultrices for the last 30 years. The work they’ve done includes allowing access to property, getting women recognized as independent operators, as well as providing access to parental leave. They have also managed to bring about establishment grants for all young people following an agricultural training program.

I think that now the challenges are different, and I am prepared to lead my team into battle: invisible work by women in agriculture is thought to be valued at more than 110 million dollars each year: and this work is unpaid! We also still need to get high-speed Internet access to all regions, as access to information and online training can break isolation.

 

Learning from our mistakes is an important, but sometimes tough, part of life. In the spirit of these profiles helping others, are you willing to share a mistake you made but taught you something important?

 

Get all your ducks in a row before starting a project, join networks, get involved, go out and find a mentor.

 

What’s the most burning question for you right now in your career (that you think AWN members might be able to provide answers to or advice on)?

 

I think what would be best is if all women communicated their needs. I would like to give all women a taste for mobilization.

 

How do you define agriculture?

 

Agriculture is the powerful economic motor for regions and for the country, because without agriculture, there is no food. Agriculture is also a way of life; it is the passionate people that live and breathe what they do.

It is also worth noting that agriculture is neglected by our governments. Women help drive the year-in-year-out nature of agriculture.

 

What do you feel is a topic in agriculture and/or business that you feel isn’t getting enough attention right now?

 

For me there are many issues that fall into this category: economic fallout, the number of jobs being created, invisible work done by women, mental health, security, unusual hours (work-life balance).

 

What solutions, tools or processes do you think could be put in place to help advance Canadian women and specifically Canadian women in agriculture? 

 

I think some possible solutions include mobilization (getting involved!), working together (networking), and taking action (achieving positions to make decisions for the good.

 

Do you have a piece of advice for young women starting their career in agriculture?

 

Young women need to get the training they need, join a network, and reach positions of power to be make decisions and bring about change.

 

*******************************************************************************************************************************************************************

 

Jeannine Messier est agricultrice et entrepreneuse en Montérégie, au Québec, depuis plus de trente ans. Ses rôles sont nombreux au sein de sa famille, de son milieu et du gouvernement municipal. Elle défend les intérêts des agricultrices québécoises comme présidente provinciale des Agricultrices du Québec.

 

Veuillez nous parler un peu de vous-même et de votre cheminement professionnel.

 

Je suis mère, fille et épouse de producteur agricole, productrice de bleuets en corymbe, d'asperges et de grandes cultures, et j'exploite une table champêtre à la ferme.

 

Je suis chevalier et officier de l’Ordre national du mérite agricole du Québec. J’ai exploité pendant 28 ans une ferme porcine et de grandes cultures avec mon conjoint. En 2012, deux garçons parmi nos quatre enfants se sont associés à leur père, et de mon côté, j’ai acheté une ferme dans le dessein de réaliser un rêve qui était d’avoir une table champêtre (repas à la ferme). En 2012, j’ai été certifiée « table champêtre », ce qui signifie que 50 % de ce qui est offert au menu est produit à la ferme et que nous mettons en valeur les produits locaux en complément du menu.

 

Je participe activement à l'agriculture au Québec :

  • Je m’implique sur le plan syndical dans l’Union des producteurs agricoles depuis 2004 comme administratrice de ma région (Montérégie-Est), l’année de ma nomination d’agricultrice de l’année régionale. 

  • Je suis présidente de ma région depuis 2012 et maintenant présidente provinciale des Agricultrices du Québec depuis le 21 octobre dernier. 

  • Je siège au comité PDZA (Plan de développement de la zone agricole) de la MRC des Maskoutains. J’occupe le poste territorial de Saint-Pie dans mon syndicat local Vallée Maskoutaine.

  • Je siège également au conseil d’administration du Cégep de Saint-Hyacinthe depuis 2015 au poste de représentante du secteur économique.

  • Je suis mentore pour une agricultrice dans le cadre du projet « Embarque » initié par les Agricultrices du Québec. 

  • Je serai présente au Sommet sur l’alimentation du Québec le 17 novembre prochain.

  • Je me suis beaucoup impliquée bénévolement en paroisse pour les jeunes lorsque mes enfants étaient d’âge scolaire.

  • J’ai suivi un cours de cuisine d’établissement, et j'ai été diplômée du ministère de l’Éducation pour ce programme en 2008.

 

Veuillez décrire vos fonctions et en quoi consiste pour vous une « journée normale ».

 

Étant travailleuse autonome, je comble tous les postes au sein de mon entreprise, ce qui implique notamment, selon la saison : gestion du personnel; tenue de livre, facturation et suivi des divers documents; planification des cultures (semis, suivis phytosanitaires, rencontres avec l’agronome); planification du menu (table champêtre); respect du programme syndical; formations diverses; visites et formations agrotouristiques; et rencontres familiales. Je garde aussi mes petits-enfants, moi qui en ai 10.

 

Comment définissez-vous la réussite personnelle? Quelles sont les étapes qui vous y mènent?

 

Le succès est une question d’attitude, de formation et de persévérance. La formation continue est essentielle. S'impliquer dans divers organismes est une école en soi et nous tient au fait de l’évolution de beaucoup de dossiers. Chaque personne est la clé de son propre succès. Qu'on veuille déposer une demande de financement ou d’autorisation, on doit  d’abord croire en son projet si on veut convaincre nos  interlocuteurs.

 

Quel est le plus grand défi professionnel ou personnel que vous avez dû affronter? Qu'avez-vous appris de votre expérience?

 

Ce que j'ai trouvé le plus difficile a été de me faire une place dans un monde d’homme et de la garder. Chaque personne évolue à des rythmes différents; l’adaptation, une grande écoute et un peu de diplomatie peuvent être très utiles. Parfois, rien de tout ça ne porte des fruits; il faut accepter de passer à autre chose.

 

Qui est (ou a été) votre mentor ou la personne qui vous a influencée le plus? Qu'avez-vous appris d'elle?

 

Mes grandes inspirations viennent de ma famille. Mon père, ma mère, mes oncles et mes tantes et aussi mes grands-parents. Les meilleurs conseils que j'ai obtenus proviennent des formations auxquelles j'ai participé. Mon cheminement personnel duquel je retire des leçons tous les jours me permet d’avancer.

 

Dans quelle mesure le rôle des femmes en agriculture a-t-il changé depuis le début de votre carrière?

 

J’ai la chance de pouvoir exercer ma profession d’agricultrice et de profiter du travail accompli par les Agricultrices du Québec depuis 30 ans. Elles ont permis l’accès à la propriété, et elles ont fait reconnaître les agricultrices comme des travailleuses autonomes et leur ont ainsi donné accès aux congés parentaux. Elles ont réussi à avoir des primes à l’établissement pour tous les jeunes qui suivent une formation agricole.

 

Maintenant, les défis sont différents, et je m’apprête à les relever avec mon équipe : le travail invisible des femmes en agriculture a été chiffré à plus de 110 millions de dollars par année. Ces sommes échappent aux femmes. L’accès à Internet haute vitesse tarde dans toutes les régions; l’accès à l’information et à la formation par Internet brise l’isolement.

 

Il est important d'apprendre de ses erreurs, même si c'est parfois difficile. Dans le cadre de ces profils, établis pour aider d'autres gens, seriez-vous disposée à nous faire part d'une erreur que vous avez commise mais qui vous a beaucoup appris?

 

Bien monter ses dossiers avant de faire un projet, faire partie de réseaux, s’impliquer, aller chercher un mentor.

 

Quelle est la question la plus brûlante (pour laquelle vous pensez que les membres du Ag Women's Network pourraient fournir des réponses ou des conseils) de votre vie professionnelle en ce moment?

 

Ce qui serait souhaitable, c’est que les femmes nous fassent part de leur besoin. Je souhaiterais donner le goût de la mobilisation à toutes les femmes.

 

Comment définissez-vous l’agriculture?

 

C’est un puissant moteur économique pour une région et un pays. Sans agriculture, il n'y a pas de nourriture. C’est un mode de vie, ce sont les passionnés qui vivent et qui font de l’agriculture.

C’est un secteur négligé de nos gouvernements. La pérennité de l’agriculture repose en grande partie sur les femmes.

 

Selon vous, quel est le sujet en agriculture ou en entreprise auquel on ne prête pas suffisamment d'attention en ce moment?

 

Il y a beaucoup de sujets, en somme. Les retombées économiques, le nombre d’emplois créés, le travail invisible des femmes, la santé psychologique, la sécurité, les heures atypiques (conciliation travail-famille-couple).

 

Quels solutions, outils ou processus pourrait-on appliquer pour favoriser l'avancement des femmes canadiennes, plus particulièrement en agriculture? 

 

Parmi les solutions possibles, notons la mobilisation (implication), la concertation (réseautage), l'action (accéder à des postes décisionnels) et la valorisation.

 

 

 

 

 

 

 

 

Please reload

Follow Us
Please reload

Search By Tags
Please reload

Archive
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square